Frère Pierre-Marie écrivait à propos de Magdala :

Le calme dépouillé de la Sologne aide à mieux assumer la fébrilité quotidienne de Paris. Prier, s’instruire, se reposer, prendre un peu de recul par rapport à la ville, pour mieux l’assumer et s’y replonger, tel est le but essentiel de cette maison providentielle.